Vaincre la dépendance affective et survivre à la peine d’amour

J’ai décidé de consacrer un article sur les lourds sujets de la dépendance affective et la peine d’amour car je crois qu’ils sont intimement liés. Lorsque l’on prend conscience que nous nous trouvons dans un cercle vicieux de la dépendance affective, vaut mieux mettre fin à la relation puisqu’elle n’est que malsaine et ne mène nulle part. En plus de se sortir d’une union sans but, il faut traverser l’étape de la peine d’amour.

Cet article a donc pour mission de vous dresser le portrait typique d’une relation où l’un des partenaires souffre de dépendance affective. Puis de vous aider à passer à travers l’étape de la peine d’amour.

La dépendance amoureuse ou affective est un malaise qui s’installe dans le quotidien, petit à petit, à mesure que s’accumulent divers signes distinctifs tels les doutes, soucis, sentiments d’insécurité et contraintes.

Lisez la liste de comportements qui suit. Si vous vous reconnaissez parmi ceux-ci, cela signifie qu’il est temps de faire le point sur la relation que vous entretenez.

Vous avez constamment besoin de contact : Vous éprouvez le besoin d’être en contact quasi permanent avec l’objet de votre obsession? Si vous n’arrivez pas à établir une communication, c’est la panique?

Pas de zone grise : C’est blanc ou c’est noir… C’est l’amour fou, la passion à son comble, mais aussitôt que quelque chose semble ne plus fonctionner c’est la catastrophe? Vous êtes prêt(e) à rompre à la moindre provocation? Votre relation est souvent tendue, tellement que la rupture serait la meilleure issue?

Sans l’autre, vous n’existez pas : Votre propre existence ne suscite que peu ou pas d’intérêt à vos yeux parce que tout ce qui vous importe c’est l’autre? Vous sentez que vous vivez la vie de votre partenaire, ce qui explique pourquoi une relation sans lui (elle) vous paraît inimaginable?

S’effacer : … pour laisser toute la place à l’autre, ne pas lui nuire, voire ne pas entrer en compétition avec lui (elle) est une situation que vous vivez régulièrement?

L’énergie du désespoir : Vous laissez tomber votre dignité et n’hésitez pas à recourir aux larmes, cris, scènes, menaces, soit aux plus profondes bassesses pour ficeler l’autre, tenter d’assurer son attachement, sa fidélité, ou simplement sa disponibilité? Vous êtes en mesure de trouver des ressources malsaines, fournies par votre imagination, pour inventer (et parfois croire) d’habiles scénarios montés de toute pièces sur de fausses bases pour séduire l’autre pour l’obliger d’être avec vous?

Dévouement sans fin : Vous feriez n’importe quoi pour être avec l’autre? Vous seriez prête à abandonner travail, famille, amis, pour être toujours avec l’objet de votre amour?

Aimer pour deux : Même devant des preuves d’infidélité, au flagrant désintéressement de l’autre face à vous, vous demeurez convaincue que la relation peut être sauvée? Vous vous accrochez désespérément à de futiles indices de tendresse? Il est aisé de vous convaincre que tout rentrera bientôt dans l’ordre?

Il est normal qu’un couple traverse parfois des moments plus hardus. Mais si plus souvent qu’autrement la volonté d’aimer et d’être aimée fait en sorte que vous vous laissez berner, ouvrez attentivement les yeux. Si, parmi les questions ci-haut, plusieurs représentent des situations qui vous sont familières, peut-être vivez-vous une relation amoureuse malsaine. Si vous êtes constamment malheureuse dans votre relation amoureuse ou encore inconfortable, il est recommandé de vous détacher, de réclamer votre liberté, de vous défaire de cette empoisonnante emprise. Et si cette démarche devait entraîner une rupture, dites-vous que vous n’avez qu’accéléré un processus qui était déjà en branle et que le temps des souffrances n’en a été que raccourci. Vous vous êtes épargné de grandes frustrations, de grandes peines… et vous êtes prête à vous lancer de nouveau, cette fois plus attentive à la qualité de la nouvelle relation que vous vivrez.

Vous voici donc maintenant sur le point de vivre un cheminement vers la guérison. Vous avez décidé de terminer votre relation ou l’autre l’a fait et maintenant vous faites face à un nouveau défi : vous êtes seule et cette idée vous afflige. Vous vivez une peine d’amour. Vous êtes incapable de songer à autre chose qu’à lui ou elle. Vite, il vous faut chasser son image persistante de votre esprit, mais comment? Qui sont vos alliés lorsque vous traversez une peine d’amour? Y a-t-il quelque chose à faire pour alléger la souffrance? Est-ce que le temps seul peut vous aider? Comment rendre la rupture moins pénible et tirer profit de cette expérience?

Une meilleure compréhension du phénomène de la rupture est nécessaire afin de vous permettre de mieux traverser cette épreuve. Cet article, comme je l’ai mentionné, vise à décrire les types et les causes de la séparation ainsi que les étapes à franchir.  En plus, quelques stratégies pour vous aider à remonter la pente seront suggérées!

Faites fi des suggestions classiques du type «essaye de te distraire» ou «concentre-toi sur autre chose», car souvent ces solutions sont nettement innappropriées pour soulager la douleur psychologique que vous vivez… Au lieu de ça, suivez ces recommandations :

Ne retenez pas inutilement vos larmes car ces larmes démontrent que vous réalisez votre perte. Réservez l’expression de votre peine qu’aux gens en qui vous avez totalement confiance. Vous devez savoir que l’intensité de vos symptômes de sevrage (ou de votre peine) n’est pas nécessairement une preuve de la force ou de l’ampleur de l’amour que vous portiez à la personne qui vous a quitté ou que vous avez décidé de quitter.

Prenez un papier et un crayon et écrivez tout ce que vous ressentez envers cette personne.  De cette façon vous canalisez votre agressivité de manière saine et exprimez bien sûr vos émotions sans faire de mal à personne.

Évitez de combler le vide dans votre vie par la consommation d’alcool et/ou de drogue(s). Consultez un professionnel si les symptômes comme le manque d’appétit ou l’insomnie persistent durant plusieurs semaines. Soyez attentifs aux signes de dépression et ne sombrez pas dans la complète solitude. Sortez, rencontrez des gens et faites des activités avec les autres. Bien entendu, réservez-vous des moments avec vous-même à l’occasion.

Dressez une liste de ce que vous rechercherez et éviterez lors du choix de votre prochain partenaire et ne changez pas d’idée. Après avoir vécu une épreuve aussi difficile, votre dernière pensée est d’en revivre une seconde à cause de mauvais choix que vous aurez faits!

Parlons à présent des types de séparation… On en dénombre 3 types : être quittée, décider de quitter l’autre ou se quitter d’un commun accord. Évidemment, la détresse varie en fonction du type de rupture vécue. Mais peu importe le cas, le deuil de la relation est inévitable. L’idéal est de se quitter d’un commun accord mais ce scénario est rare. Choisir de quitter quelqu’un peut s’avérer aussi perturbant que d’être quittée, dans certaines circonstances. Dans le premier cas, le processus de décision qui précède la séparation est parfois déchirant et rempli de culpabilité.  Il est néanmoins suivi d’un sentiment de soulagement. Dans le second cas, la séparation survient brusquement et de façon inattendue et la personne délaissée se trouve donc déstabilisée.

Puis arrivent les étapes à franchir pour passer à travers la peine d’amour. D’abord c’est l’inévitable choc. Durant les jours qui suivent la rupture, vous vous sentez abattue, confuse. C’est le moment d’avoir quelqu’un à vos côtés pour vous soutenir car malgré votre déni, vous en avez grandement besoin. Durant cette période où vous êtes fragilisée, évitez de prendre des décisions à long terme que vous pourriez regretter comme par exemple changer de programme d’études, déménager ou changer d’emploi…

Quand l’effet du choc s’estompe, vous n’êtes pas nécessairement prête à affronter la dure réalité. C’est normal, après tout, qui songe à la séparation lorsqu’il est encore amoureux? C’est pour cette raison que lorsque la rupture survient soudainement, vous la niez. Vous êtes rendus à l’étape de la dénégation. Il faut demeurer attentif aux signes suivants : perte d’énergie, manque d’appétit, manque ou excès de sommeil, douleurs physiques, attente du retour du partenaire, colère, etc.

Parfois, un sentiment de honte peut vous envahir et vous aurez peut-être tendance à vous isoler pour ne pas que votre entourage remarque votre grande détresse. Toutes ces réactions sont souvent observées et normales après la rupture. Il est possible que vous pensiez en avoir fini avec certaines réactions et, qu’à votre grand désarroi, elles resurgissent des semaines ou même des mois plus tard. En général, une personne a besoin d’un à trois ans pour se sortir définitivement d’une peine d’amour.

Reconnaissance et douleur… tel est le terme qui décrit le mieux cette étape de votre guérison. Cette période est souvent la plus longue et la plus ardue. La séparation est douloureuse car vous prenez conscience d’avoir perdu non seulement votre partenaire, mais également un mode de vie qui réglait votre existence depuis un temps.  Vous devez vous refaire une vie. Toutefois, la reconnaissance de cette perte est nécessaire pour retrouver votre équilibre. Il est important de prendre le temps de vivre cette période de tristesse. Il est fort à parier que vous aurez besoin de sentir la disponibilité de vos proches ou d’une aide extérieure. Certaines personnes commettent l’erreur de retourner vers leur ancien partenaire pour trouver du réconfort. Mais cette personne qui ne fait maintenant plus partie de votre vie ne peut évidemment pas vous aider à l’oublier! C’est pourquoi il est peu recommandé de poursuivre les rapports avec votre ex-partenaire.

Puis, lorsque vous passez des «pourquoi» aux «comment», cela démontre que vous commencez à guérir de vos blessures. Votre vie ne gravite plus uniquement autour de votre rupture amoureuse. Fantastique! C’est le moment idéal pour entreprendre de nouveaux projets comme faire un voyage ou suivre un cours et qui sait, peut-être même vous engager dans une nouvelle relation amoureuse. Mais attention : il est fréquent que des personnes, après une rupture, tentent d’éviter la souffrance en renonçant de vivre une nouvelle relation amoureuse ou en s’engageant immédiatement dans une nouvelle union. Une telle fermeture réduit bien sûr les risques d’être à nouveau déçu(e), mais à long terme les effets sont néfastes puisqu’elle empêche de combler le besoin fondamental d’être aimé. Autrement dit, elle vous empêche de vous engager pleinement et franchement dans toute nouvelle relation.

N’oubliez pas qu’il n’y a pas qu’une seule personne que vous pouvez aimer! Si vous avez franchi vos étapes de sevrage avec succès et que vous vous sentez maintenant d’attaque, ma suggestion personnelle est celle de vous mettre à la recherche d’un(e) nouveau(elle) compagnon(compagne) de vie. À présent, plus rien ne sert de rester chez vous dans l’ombre et à vous morfondre. Vous pourriez débuter une relation amicale, strictement sous forme de correspondance pour commencer. Si vous souhaitez faire une rencontre, lisez l’article à cet effet en cliquant ICI.

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>